Nuages

Carte de la densité de la couverture nuageuse - Suisse

Carte de la densité de la couverture nuageuse - Suisse

Présentation de la couverture nuageuse dans les météogrammes

meteoblue montre la couverture nuageuse de 56 couches dans l'atmosphère.

La couverture nuageuse est exprimée en % de la couverture nuageuse maximum. La couverture est souvent groupée en classes de 0-25%, 25-50%, etc.

0% de nuage signifie qu'il n'y a pas de nuage visible dans le ciel. 50% de nuages est équivalent à la moitié du ciel couvert par des nuages. 100% de couverture nuageuse signifie signifie aucun ciel clair visible. Si la couverture nuageuse est de 50% dans plusieurs couches, alors seulement un faible pourcentage du ciel sera visible.

Les pourcentages sont calculés en tant qu'intégrale de la période de prévisions précédente. Les variations durant cette période sont intégrées en une moyenne.

Les prévisions de nuages meteoblue sont distribuées sous forme de prévisions agrégées, en couches agrégées (basse/moyenne/élevée) ou en couches sélectionnées pour un but spécial.

Les couches nuageuses agrégées sont définies selon la WMO (Organisation météorologiques mondiale) comme suit:

  • nuages bas: 0-2 km (0-2 km à l'équateur)
  • nuages de moyenne altitude: 2-7 km (2-8 km à l'équateur)
  • nuages de haute altitude: 5-13 km (6-18 km à l'équateur)

Sous des conditions tropicales, l'altitude du nuage peut atteindre 1 à 3 km de plus qu'indiqué. À partir de l'altitude, la densité et la séquence des nuages, vous pouvez interpréter le type de temps attendu (voir ci-dessous). Un front froid typique commence avec des nuages bas, lesquels augmentent avec le temps. Un temps orageux est caractérisé par des matins sans nuages et un rapide développement de nuages durant la journée, comme des nuages denses et hauts dans l'après-midi qui devraient disparaître durant la nuit.

Les prévisions nuageuses meteoblue sont utilisées pour des usages variés, incluant les loisirs, l'astronomie, les prévisions d'énergie solaire ou la planification de vols.

Des exemples de prévisions nuageuses sont montrées dans les météogrammes point, pictocastsspot et carte de nuages. Des services spéciaux de prévisions nuageuses, y compris la prédiction de brouillard local, peuvent être fournies sur demandes.

Quantification de la couverture nuageuse

La couverture nuageuse est exprimée en pour-cent (si non indiqué autrement), de 0 à 100%: 100% signifie qu'il n'y a pas de ciel découvert visible. La couverture nuageuse peut être exprimée en pour-cent sur chaque niveau. La couverture nuageuse totale ne correspond pas à la somme du pourcentage de la couverture nuageuse dans différentes couches. Exemples:

  • Une couverture nuageuse de 50% à basse, à moyenne et à haute altitude ne donne que 100% de couverture nuageuse, et non 150%. 
  • Une couverture nuageuse de 0% à basse et moyenne altitude et de 100% à haute altitude donne une couverture nuageuse de 100%, qui peut être plus translucide qu'une couverture nuageuse de 80% à basse altitude, en fonction du type de nuages de haute altitude.
  • Une couverture nuageuse de 50% à basse et moyenne altitude peut donner une couverture nuageuse de 60%, car du ciel dégagé peut toujours être observé.

La couverture nuageuse totale dépend des types de nuages présents, et ne peut pas être dérivée de la couverture nuageuse des couches individuelles. Si vous désirez davantage de précision sur les effets de la couverture nuageuse, vous pouvez utiliser le paramètre rayonnement.

Mesure de la couverture nuageuse

Mesurer la couverture nuageuse peut s'avérer difficile en pratique. Les capteurs utilisés le plus fréquemment sont les caméras satellites, qui fournissent une vue d'ensemble de la couverture nuageuse, mais elles ne font pas bien la distinction entre les nuages de basse, de moyenne et de haute altitude. 
Les capteurs au sol peuvent déterminer la couverture nuageuse et l'altitude jusqu'à un certain point, mais uniquement sur une surface limitée. 
L'observation visuelle reste une forme fréquente de détermination des nuages, en utilisant une échelle de 0/8 (sans nuage) et de 8/8 (couverture du ciel complète); ces observations sont utilisées pour les rapports METAR.

Importance de la couverture nuageuse

La couverture nuageuse a un effet significatif sur les prévisions de température. La quantité d'énergie solaire atteignant la surface est un puissant déterminant de la température à la surface.
La troposphère est chauffée par les radiations solaires qui atteignent la surface de la Terre. Des fluctuations d'énergie solaire changent la température à la surface, où la plupart des mesures de température sont faites. Les nuages agissent comme un régulateur des rayonnements solaires atteignant la surface.
Durant la journée, les nuages réduisent la température selon l'épaisseur des nuages, leur densité et leur temps de résidence. Si une couverture nuageuse apparaît plus grande que prévue durant la journée, la température à la surface sera généralement plus froide qu'attendue. Si la couverture nuageuse est plus faible que prévue, la température à la surface sera généralement plus chaude qu'attendue. Une telle situation peut se produire lorsque du brouillard ou un stratus bas se présente, particulièrement durant la saison froide. Le brouillard ou une couverture nuageuse basse est difficile à prévoir, car ça se forme seulement localement. Si le brouillard ne se dissipe pas comme attendu, la température à la surface déviera marquément.

La nuit, les nuages ont l'effet opposé sur la température. Une plus grande couverture nuageuse qu'attendue durant la nuit génère en général des températures plus chaudes que prévues. Une plus faible couverture nuageuse résulte en des températures plus froides qu'attendues. La raison est que, durant la nuit, la surface de la Terre irradie de l'énergie sous forme de rayonnement infra-rouge (ondes longues) et ne reçoit pas d'ondes courtes venant du Soleil pour réchauffer la surface. La vapeur d'eau intercepte les radiations d'ondes longues et les empêche de s'échapper vers l'espace. De cela résultent des températures plus chaudes. Durant une nuit claire, une quantité maximale de rayonnement d'ondes longues s'échappera vers l'espace et les températures à la surface se refroidiront donc au rythme maximal pour les conditions météorologiques données.

Les nuages sont aussi des déclencheurs de précipitations. En influençant la température, différents processus dans les nuages ont un effet complexe sur le point de condensation. Généralement, des températures plus basses au sein du nuage augmenteront les chances de précipitations dans de telles circonstances. Cependant, les orages ne se formeront que si de l'air chaud et humide s'élève au-dessus du point de condensation et agit alors comme un fournisseur d'énergie. Si la couverture nuageuse force la couche limite à se refroidir davantage que prévu, cela pourrait empêcher le sommet de l'inversion de se briser lors d'une situation orageuse. Si le sommet ne se brise pas, dans la plupart des cas, aucune précipitation orageuse n'aura lieu. Autrement, une réduction de la couverture nuageuse pourrait renforcer l'instabilité durant la journée et augmenter la menace d'orage.

En résumé, la capacité à prédire le développement et le mouvement des nuages est essentielle pour calculer des prévisions météorologiques fiables.